Moteur HS : les signes qui ne trompent pas

Moteur HS

Vous venez d’acquérir un véhicule d’occasion ? Vous envisagez de vendre votre voiture ? Ou alors, vous souhaitez effectuer un simple contrôle ? Toutes ces raisons sont un motif pour vérifier l’état de votre moteur. En effet, cette pièce peut rapidement s’user, surtout si la voiture à un kilométrage élevé. Voici les meilleurs conseils pour effectuer au mieux cet examen et, ainsi, savoir si votre dispositif est défectueux !

Comment contrôler votre moteur ?

Contrôler cette pièce ne se fait pas au hasard. Il est nécessaire de suivre quelques étapes.

A lire en complément : Quel utilitaire 3 places avant choisir?

Primo : Vérification de l’état à froid

Avant toute chose, vous devez contrôler à froid, sans faire fonctionner quoique ce soit. Dans quel état général se trouve votre dispositif ? Repérez-vous des fuites ? Si vous voyez du liquide quelque part, c’est peut-être qu’une durite est défectueuse. Il peut s’agir de liquide de refroidissement, de freins, d’huile moteur… Pour compléter cette première étape, vérifiez s’il y a des tâches sur le sol.

A découvrir également : Carte grise : comment trouver les chevaux fiscaux ?

Ensuite, il est temps de checker le niveau d’huile. Cela se fait de la manière suivante :

  • Retirez la jauge,
  • Essuyez-la avec un tissus ou un essuie-tout,
  • Replongez-la à fond,
  • Retirez-la une nouvelle fois.

Le niveau doit se situer entre les deux témoins. S’il est trop bas, c’est que l’entretien a été négligé. Si de l’eau est présente, c’est qu’il y a une infiltration de liquide de refroidissement. Cela démontre un joint de culasse défectueux. Celui-ci assure l’étanchéité entre le moteur et la culasse. Et sa réparation est particulièrement onéreuse, optez pour un moteur de voiture d’occasion si vous devez le changer !

Secundo : Contrôle de l’état lors de la conduite

Il est temps de continuer votre vérification en situation. Mettez le contact. Soyez attentif au bruit que peut faire le véhicule. Celui-ci doit vrombir correctement, sans tressaillement nu toussotement. Bien évidemment, s’il cale, c’est qu’il y a problème !

Ensuite, il est temps de faire rouler votre voiture. L’échappement est le premier point à contrôler. En sort-il une fumée blanche, noire ou bleue ? En ce cas, vigilance ! La fumée blanche peut traduire un dysfonctionnement au sein de votre moteur :  injecteurs, durite, culasse ou bougie. La noire, une potentielle mauvaise distribution du carburant. La fumée bleue est souvent issue de joints de queue de soupape d’admission usés.

Quoiqu’il en soit, en cas d’apparition anormale de fumée, il est indispensable de demander l’avis d’un expert dans les plus brefs délais.

Pour poursuivre votre vérification, constatez si la voiture ne fait pas de bruit de cliquetis ou ne perd pas soudainement de puissance. Aussi, le turbo doit se déclencher rapidement après avoir appuyé à fond sur la pédale.

Pièce défectueuse, que faire ?

Après toutes ces étapes, vous constatez un dysfonctionnement ? Il est temps de vous rendre chez votre garagiste ! En effet, un moteur défectueux peut rapidement devenir dangereux pour votre sécurité et celle de vos passagers. Ne sous-estimez pas un signe, même minime.

S’il s’agit bel et bien d’une panne importante et qu’il vous faut changer tout ou partie votre dispositif, la mobilisation d’un budget peut être nécessaire. Pas de panique, le marché de l’occasion existe pour cela !

L’occasion sans pépin

À présent, vous avez toutes les clés en main pour mener un contrôle optimal par vous-même. Ces notions sont indispensables pour s’assurer qu’un véhicule ne va pas vous coûter plus que vous ne l’auriez voulu. Ainsi, ne craigniez plus d’investir dans un moteur d’occasion et roulez en toute sérénité !