Devenir coach sportif : quelle démarche ?

Devenir coach sportif quelle démarche

Le domaine sportif offre plusieurs possibilités de métier. Le coaching sportif est l’un des plus plébiscités en raison des avantages que cela offre. Ils sont de plus en plus nombreux, ces particuliers et professionnels qui s’intéressent à la pratique du sport et cela a favoriser une augmentation en termes de besoins dans ce domaine.

Les coachs sportifs sont donc régulièrement recherchés. Pour en devenir un, il y a des étapes à suivre comme tout métier. Voici pour vous un guide qui vous donne des détails.

A lire aussi : Les risques en cas de non conformité RGPD

Avoir un diplôme reconnu par l’État

Pour exercer une activité quelle qu’elle soit, vous devez disposer des compétences en la matière. Leur acquisition commence par l’obtention d’une qualification. C’est le même processus pour devenir coach sportif. Elle s’obtient à l’issue d’une formation spécifique dans un établissement public ou privé reconnu par l’État.

Les diplômes de coach sportif

Dans le répertoire des certificats professionnels, quelques diplômes sont inscrits. Ceux-ci sont reconnus par l’État et vous permettent d’exercer dans ce métier sur le territoire français. Il s’agit notamment du BP JEPS, DE JEPS, CQP ALS, et de la Licence STAPS,

A découvrir également : Comment ouvrir un garage automobile en Franchise ?

Le BP JEPS (Brevet professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport) est un diplôme de quatrième niveau, qui s’obtient au bout d’une formation de 9 mois au minimum. Une durée assez suffisante pour acquérir les compétences dans la spécialité choisie.

Le DE JEPS (Diplôme d’État de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport) est du niveau trois qui vous donne les compétences pour enseigner dans plusieurs domaines, pour des compétitions nationales ou internationales.

En ce qui concerne le diplôme de premier niveau CQP ALS (Certificat de qualification professionnelle Animateur de Loisir Sportif), il vous permet d’enseigner sur les conditions physiques.

Quant au dernier diplôme du niveau deux énoncé (la licence en Sciences et techniques des Activités Physiques et Sportives), il vous accorde la possibilité de choisir la spécialité de votre choix. Si vous êtes titulaire d’un diplôme obtenu dans une école étrangère, rien n’est pas perdu

La démarche à mener en cas d’un diplôme étranger

Si vous voulez exercer le métier de coach sportif en France, vous devez disposer d’un diplôme Français. Dans le cas où vous disposez d’un diplôme étranger, vous devez le faire reconnaître par la commission compétente. Pour cela, rendez-vous sur le site de l’ARCADI où vous pourrez obtenir une qualification équivalente à celle dont vous disposez, après étude par les autorités.

Si votre demande est acceptée, vous pouvez enseigner. Autrement, vous devez suivre une formation dans un centre dédié afin d’obtenir un des diplômes reconnus.

Il est important de préciser qu’il est impossible d’exercer en tant que coach sportif en France sans un diplôme reconnu par l’État. Des sanctions sont prévues en la matière, avec une amende de 15000 euros et un emprisonnement d’un an.

Obtenir une carte professionnelle pour coach sportif

La carte professionnelle est le document que vous devez réclamer après l’obtention d’un diplôme de coach sportif. Il est valable pour 5 ans et se délivre à la Direction Départementale de la Cohésion sociale (DDCS).

Pour l’obtenir vous devez en faire la demande à travers un courrier adressé à la direction, ou sur la plateforme en ligne EAPS. Les pièces demandées sont : un formulaire, une copie de votre pièce d’identité et du diplôme, votre photo d’identité et une pièce qui justifie que vous n’avez pas exercé le métier pendant un an au moins.

Choisir l’option d’être un salarié ou un indépendant

Comme dans tous les secteurs d’activités, le coach sportif peut être employé en tant que salarié dans une structure spécialisée. Dans ce cas, les équipements sportifs qu’il vous faut seront mis à votre disposition pour faire vos prestations. Cependant, la clientèle appartient à la société qui vous a engagé. Vous serez également rémunéré sur les bases des clauses de votre contrat signé avant que vous ne preniez service.

Vous pouvez toutefois choisir de travailler de manière indépendante. Ici, il vous faudra disposer d’une santé financière satisfaisante pour vous procurer le matériel roulant. Cette option présente cependant quelques avantages. Vous serez libre dans votre gestion, avec une clientèle que vous pourrez gérer selon vos règles.

Vous serez aussi rémunéré en fonction de votre tarif et du nombre de clients qui bénéficient de vos services. Vous pouvez également avoir des contrats avec d’autres établissements qui pourraient demander vos prestations. Ce qui vous donne droit à des rémunérations.

Opter pour l’option d’auto-entrepreneur

L’option de l’auto-entreprenariat est également envisageable si vous désirez être un travailleur indépendant. Cependant, des formalités sont à remplir.

coach sportif quelle démarche

Constituez votre dossier

La création de cette entreprise commence par le remplissage d’un formulaire dénommé Cerfa n°11768*09 P0 PL destiné au métier de coach sportif. Vous allez y joindre un justificatif de domicile, une copie de votre pièce d’identité, celle de votre diplôme et une déclaration de non condamnation.

Déclarez votre activité

La déclaration de l’activité vous donne droit à des documents qui confirment le choix de ce statut. Elle se fait grâce aux prouesses du digital. Allez sur le site l’URSSAF pour déclarer votre activité avec un mois avant de débuter. Un code APE et un numéro SIRET vous seront délivrés suite à la déclaration.

La procédure de création d’une micro-entreprise est gratuite. Vois êtes donc épargné des dépenses. Cependant, si vous désirez avoir une auto-entreprise à responsabilité limitée, vous serez obligé de faire une déclaration d’affectation de patrimoine qui vous coûtera 48,16 euros.

Créer sa société en tant que coach sportif

Vous pouvez devenir coach sportif en créant une société autre que celle à statut individuel. Parmi les formes qui existent, vous pouvez décider de vous lancer seul (SASU, EURL) ou avec des associés (SAS, SARL). Quelle que soit la forme de société choisie, cinq étapes importantes sont à suivre au moins.

La rédaction des statuts

Elle annonce le début de la création de votre entreprise. Les statuts sont l’ensemble des règles qui doivent guider le fonctionnement de la société. En fonction de la forme de la société choisie, la loi impose certaines dispositions à y inscrire. Outre celles-ci, les informations liées à l’identité de l’entreprise, son siège, l’objet social, le capital social, et autres précisions doivent y figurer.

Le capital social

C’est une somme à constituer avec les associés de la société. Elle regroupe les différents apports en numéraire évalués. Elle est déposée à la banque dans un compte professionnel ouvert pour l’entreprise. Pour la plupart des formes de société, le montant à payer en capital social n’est pas fixé par la loi. Elle dépend des moyens des associés de la future société.

Néanmoins, il est recommandé de déposer une somme conséquente qui témoigne du sérieux et des ambitions de l’entreprise. Cela facilitera les accords de partenariat et de prêts auprès des structures financières. Un justificatif du dépôt effectué vous sera délivré par la banque.

La publication dans un journal d’annonces légales

Le journal d’annonce officiel annonce le processus de création d’ entreprises dans ses revues. Ainsi, les consommateurs pourront le découvrir et peuvent être vos potentiels clients. Les détails précisés dans la revue sur votre entreprise sont : l’objet social, le siège, le nom, un exemplaire des statuts signé, etc… Vous vous verrez délivrer une attestation de parution.

La constitution du dossier d’immatriculation

Suite à ces procédures suivies, vous devez faire immatriculer votre société. Une étape qui fera de cette dernière une entreprise qui existe, et de vous un coach sportif. Pour cela, certaines pièces doivent être contenus dans le dossier d’immatriculation.

En plus des documents reçus à la banque et auprès du journal d’annonces légales, un chèque de règlement des émoluments du greffe, un formulaire et les statuts doivent être contenues dans le dossier. L’ensemble de ces pièces est déposé à la structure compétente pour une validation.

L’immatriculation du dossier de création

Une fois le dossier est constitué, il doit être déposé au Centre des Formalités des Entreprises (CFE). Votre entreprise naît juridiquement après cette étape, et vous recevrez un extrait Kbis qui justifie son existence. Il faut noter que la création d’une société de coaching sportif ne vous épargne par certaines dépenses. Elles commencent dès la rédaction, jusqu’à l’immatriculation.

En effet, en fonction de la personne chargée de rédiger le document, le prix peut varier. Si vous vous en chargez, vous pouvez vous servir de quelques exemplaires sur les plateformes juridiques. À ceci s’ajoutent, les dépenses du capital fixé par vos soins, les frais à payer au journal d’annonces légales, mais aussi celle d’immatriculation. En fonction de la forme de société choisie, celle-ci varié également. Le montant minimum est de 37,45 euros.

Le nom de votre entreprise de coaching

Lorsque vous créez une entreprise, vous devez lui donner un nom. Ce dernier doit être unique, et concorder avec votre activité de coaching. En France, le nom des entreprises est protégé à travers son inscription au RCS. Il s’agit de sa dénomination, son nom commercial ou l’enseigne. L’option de l’enregistrement à l’INPI est possible pour les marques. Ainsi, vous ne risquez pas de voir votre nom utilisé par une autre société.

Avant de procéder à l’enregistrement, vous devez vérifier la disponibilité du nom d’entreprise à travers une recherche d’antériorité. Vérifiez le secteur d’activité, la situation géographique ou les clientèles si le nom choisi existe déjà. Enfin, trouvez une autre dénomination à votre entreprise pour éviter toute confusion.

Pourquoi vérifier la disponibilité d’un nom ?

Il est recommandé de vérifier la disponibilité d’un nom pour ne pas choisir celui d’une marque ou société. Cette dernière pourrait intenter une action en justice contre vous et votre entreprise. De plus, avoir un nouveau nom, vous épargne de tout contentieux et empêche ainsi la concurrence de l’utiliser.