Cancer du sein chiffres et statistiques

‍En France, le cancer du sein touche près de 60.000 femmes par an. Chaque année, plus de 12.100 personnes décèdent de leur cancer du sein. Le nombre de décès diminue chaque année grâce notamment au dépistage organisé et gratuit pour les femmes de 50 à 74 ans, Pour autant, le cancer du sein reste un véritable enjeu de santé publique en France comme partout ailleurs et, à l’échelle mondiale, le nombre de cancers du sein déclaré est de 2.3 millions pour 685.000 décès par an.

Statistiques pour la France

Le cancer du sein est le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme. Chaque année, près de 60.000 femmes et le cancer du sein peut aussi se déclarer chez l’homme et près de 500 hommes se voient diagnostiquer un cancer du sein en France. Avec une moyenne de 33 décès par jour, il est la deuxième cause de décès par cancer chez la femme après le cancer du côlon. Le cancer du sein est l’un des cancers les plus fréquents chez les femmes âgées de 50 à 74 ans. Les symptômes peuvent être des signes visibles ou cachés. Il est important de connaître les facteurs de risque. Le cancer du sein peut être détecté à un stade précoce et traité plus efficacement. La mammographie est un test de dépistage fondamental pour toutes les femmes âgées de 50 ans et plus.

A lire également : Comment utiliser le CBD ?

Femmes atteintes d’un cancer du sein

La grande majorité des cas de cancer du sein chez la femme concerne des femmes de plus de 50 ans. Avant 20 ans, les cas de cancer du sein sont extrêmement rares, Mais le cancer du sein de la femme jeune est une réalité. On estime à 10% le nombre de cancers du sein chez la femme avant 35 ans, et à 20% le nombre de cancers du sein avant 50 ans. La grande majorité (80%) des cancers du sein chez la femme surviennent donc après 50 ans.

Le taux de survie à 5 ans reste de bon pronostic avec 90% avant 45 ans et 92% entre 45 ans et 75 ans. Mais le taux de survie est étroitement lié au dépistage organisé du cancer du sein, qui permet à toutes les femmes de 50 à 74 ans de se faire dépister. Ainsi, entre 50 et 74 ans, les cancers diagnostiqués le sont à des stades plus précoces, ce qui explique les 92% de taux de survie dans cette tranche d’âge.

A lire en complément : La manipulation biologique en toute sécuirté avec Noroit Labo

Hommes atteints d’un cancer du sein

Le cancer du sein touche également les hommes à hauteur de 1% du nombre total de cancers diagnostiqués. En revanche, pour les hommes, le pronostic est plus préoccupant car souvent le diagnostic. arrive tardivement. Dans de rares cas, un cancer du sein peut être diagnostiqué chez les hommes. On estime qu’il y a entre 600 et 1000 cas par an de cancer du sein chez des hommes en France. Les hommes atteints de cancer du sein sont généralement diagnostiqués entre 50 et 70 ans. Le risque de cancer du sein augmente chez les hommes présentant une mutation génétique héréditaire telle que BRCA1 ou BRCA2. Le cancer du sein chez l’homme est souvent découvert à un stade plus avancé. La cause est souvent inconnue. Les hommes ont 20 fois moins de risques que les femmes de développer un cancer du sein. Il existe de nombreuses similitudes entre le cancer du sein chez l’homme et chez la femme.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque du cancer du sein sont connus on distingue notamment :

  • L’âge : le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes âgées de 50 à 74 ans.
  • L’hérédité Si un parent au premier degré (mère, sœur, fille) a eu un cancer du sein, le risque de développer ce type de cancer est multiplié par plus de 2
  • Des radiations : Une mammographie, une radiographie ou une radiothérapie antérieure pour d’autres cancers peut augmenter le risque jusqu’à 10 fois.
  • Des facteurs hormonaux : Une première grossesse après 30 ans peut réduire le risque, tandis qu’une ménopause tardive peut l’augmenter. Le risque de cancer du sein augmente chez les femmes qui ont utilisé une hormonothérapie pendant une longue période.
  • La densité mammaire : Les femmes dont les seins sont très denses ont un risque plus élevé de cancer du sein. Les mammographies sont moins efficaces chez ces femmes.
  • Les mutations génétiques : Les femmes présentant une mutation BRCA1 ou BRCA2 ont un risque plus élevé de développer un cancer du sein.
  • L’obésité augmenterait de 8% les risques de cancer du sein après la ménopause.
  • L’alcool et le tabagisme sont également des facteurs de risques du cancer du sein.

Prévention et dépistage du cancer du sein

Le cancer du sein peut être détecté précocement grâce à deux tests : la mammographie et l’examen (palpation ou autopalpation) des seins. La mammographie (radiographie des seins) est essentielle pour détecter le cancer du sein à un stade précoce. Il est conseillé aux femmes âgées de 50 à 74 ans de passer une mammographie chaque année. L’auto-examen est une méthode simple et efficace de détection du cancer du sein. Toutes les femmes, même celles qui ne sont pas à risque, devraient effectuer une autopalpation au moins une fois par mois pendant leur cycle menstruel.

L’âge étant le principal facteur de risque, les femmes âgées de 50 à 74 ans peuvent faire un dépistage organisé du cancer du sein, il est gratuit et permet de diminuer le nombre de décès en découvrant la maladie à ses prémices.

Traitement du cancer du sein

La chirurgie est le traitement le plus courant du cancer du sein. Certains cancers sont traités par hormonothérapie pour arrêter la croissance des cellules cancéreuses. La chimiothérapie est utilisée pour traiter les cancers qui se sont déjà propagés au-delà du sein. Il existe également des thérapies biologiques qui ciblent des molécules spécifiques dans l’organisme pour empêcher le cancer du sein de se développer et de se propager. La radiothérapie est également souvent utilisée, elle est réalisée soit avant la chirurgie (on parle de radiothérapie néoadjuvante), afin de limiter la propagation des cellules cancéreuses et de diminuer la tumeur, ou après la chirurgie (on parle de radiothérapie adjuvante) afin de s’assurer de détruire les cellules cancéreuses que la chirurgie aurait laissé passer. Il existe également de nouveaux types de thérapies ciblées qui bloquent des molécules spécifiques qui aident les cellules cancéreuses à se développer et à se diviser.

En conclusion, nous avons appris que la détection précoce améliore considérablement le pronostic vital, mais que le cancer du sein reste encore aujourd’hui un problème préoccupant pour un trop grand nombre de femmes dans le monde chaque année.