Pratique

Énergie : les Français ne sont pas prêts à abandonner le fioul

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Un sondage mené récemment par FioulReduc a permis de découvrir que les Français n’étaient absolument pas prêts à se défaire du fioul, contrairement aux souhaits du gouvernement. Malgré l’augmentation des aides en 2012, seule une petite minorité d’individus serait prête à changer d’énergie. L’État devra alors revoir ses plans concernant ce point.

Les Français toujours adeptes du fioul

Voir les chaudières au fioul disparaître des foyers français ? Constater une grosse baisse des commandes de fioul à Marseille ? C’est en tout cas ce que voudrait le gouvernement ! Mais hélas, tout semble indiquer que ce n’est pas prêt d’arriver de sitôt. FioulReduc a décidé de mener un sondage auprès de 3000 de ses clients afin de déterminer si oui ou non le peuple était prêt à se tourner vers une autre énergie. Seuls 12 % d’entre eux envisagent de changer d’énergie. Pour le reste, c’est presque inconcevable.

Mais ce n’est pas la seule révélation du sondage. En réalité, on apprend également que la facture de fioul des ménages a aussi beaucoup augmenté, soit de 376 euros entre 2017 et 2018. C’est la raison pour laquelle les ménages ont bien accueilli la décision des pouvoirs publics qui consiste à geler la hausse de la taxe carbone. Néanmoins, la majeure partie des répondants priorise les aides pour la transition écologique.

Existe-t-il réellement des alternatives au fioul ?

Si le gouvernement tient à ce que les Français acceptent d’abandonner le fioul, il n’en reste pas moins qu’il n’existe pas véritablement d’alternative susceptible de bien remplacer cette énergie. 47 % parmi les personnes sondées ne savent même pas qu’il puisse exister d’autres solutions que le fioul. Les 57 % ne sont, quant à eux, pas raccordables au gaz de la ville. Ce n’est donc pas pour rien que le peuple compte maintenir le fioul.

Le gouvernement a néanmoins décidé d’encourager les Français à changer leur équipement. Pour cela, ils ont même pris la peine de mettre en place des aides. Mais le sondage FioulReduc nous montre que les Français ne changent d’équipement qu’en cas de nécessité. C’est-à-dire, lorsqu’une panne survient. Dans ces conditions, il sera difficile pour le gouvernement d’atteindre ses objectifs, lesquels consistaient à tripler le rythme de remplacement des chaudières au fioul et d’atteindre en même temps les 600.000 remplacements en 2 ans. Malgré le fait que l’État proposait même un crédit d’impôt pour faciliter la transition énergétique, la population n’est pas réellement disposée à changer ses habitudes.