Finance

La place des femmes dans l’expertise-comptable

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

La journée de la femme est toujours l’occasion de rappeler l’égalité professionnelle dans certains secteurs. Pour la journée du 8 mars 2019, la place des femmes dans l’expertise-comptable a également souligné des débats. Il faut dire que ce domaine attire de plus en plus les femmes, et ce, depuis un bon moment déjà. Même si la féminisation de l’expertise comptable reste encore limitée, on note un mouvement positif dans l’ensemble.

Parité hommes / femmes dans l’expertise-comptable

Le sujet de la place de la femme dans le monde du travail est loin d’être clos. En réalité, des journées telles que le 8 mars sont là pour le rappeler. On en profite pour faire comprendre que l’égalité professionnelle doit maintenant (plus que jamais) être prise au sérieux. La place des femmes dans les cabinets d’expertise comptable devient plus intéressante, même si cela ne signifie pas que c’est toujours aussi important qu’on le voudrait. On dénombre en moyenne 45 % de stagiaires femmes, 66 % de salariés, 26,47 % d’experts-comptables femmes inscrits au tableau de l’Ordre. Les chiffres ne sont pas réellement impressionnants, mais comparés aux années précédentes, c’est déjà quelque chose. Ces chiffres démontrent en réalité une évolution très positive. Les femmes parviennent à s’imposer davantage. Dans le livre publié par l’Association Femmes experts-comptables, il est aussi dit que 2/3 des femmes qui ont obtenu leur diplôme vont en entreprise et n’exercent pas dans le monde libéral.

Une féminisation encore limitée après tout

Bien vrai que l’évolution concernant la place de la femme dans le milieu de l’expertise comptable est bien réelle, il n’en reste pas moins que la féminisation est toujours limitée. On ne dénombre en effet que 5202 femmes pour 19 654 experts-comptables au total en France. Pire encore, la CAVEC (caisse d’assurance vieillesse des experts comptables et des commissaires aux comptes) soutient également que les écarts concernant les rémunérations hommes et femmes sont très marqués. Cette situation devient encore plus choquante dans les cabinets qui présentent une taille réduite, ou encore ceux qui exercent la double activité d’expertise comptable et de commissariat des comptes. Il est donc clair que la lutte est loin d’être terminée.

Il faudrait toutefois rappeler que cette inégalité pourrait être justifiée par le mode de vie des femmes. Ces dernières, ayant du mal à concilier vie privée et vie professionnelle, pourraient indirectement contribuer à la limitation de la féminisation dans le secteur. Il leur faudra donc apprendre à prioriser leurs travaux et à aller plus loin dans la formation s’elles veulent s’assurer d’une bonne égalité professionnelle.