Les avantages fiscaux de l’utilisation de l’assurance pour réduire votre impôt

avantages fiscaux

Les avantages fiscaux de l’assurance sont nombreux. Grâce à eux, vous jouirez d’une réduction fiscale dans certains cas. Ce qui peut entraîner un abattement annuel ou une dégressivité de l’impôt. Pour chacun de ces points évoqués, notez que des clarifications sont apportées ici.

Avantages fiscaux de l’usage de l’assurance : impôts réduits dus à l’âge du contrat

Les avantages fiscaux de l’assurance renvoient premièrement aux impôts réduits en l’absence de rachat avant 8 ans. Ainsi, quand la rupture du contrat intervient après 8 ans, le taux d’imposition est de 7,5 %. Ce qui semble alléchant !

A découvrir également : L’utilité de la location d’une voiture de luxe pour un rendez-vous d’affaires

Toutefois, lorsqu’un rachat est effectué durant les 8 premières années, l’imposition fiscale a un pourcentage unique de 12,8 %. Dans ces mêmes conditions, vous ne devez pas oublier que les prélèvements sociaux s’appliqueront toujours, quelle que soit l’option choisie.

Le taux de ces obligations sociales est de 17,20 %. Pour info, retenez que les réductions fiscales susmentionnées concernent les paiements effectués à la date du 27 septembre 2017. Les gains réalisés à partir de ce moment peuvent être soumis au PFU (prélèvement forfaitaire unique) ou à l’impôt sur le revenu.

A lire en complément : Comment trouver du travail en tant qu'architecte d'intérieur ?

Avantages fiscaux de l’usage de l’assurance : abattement annuel sur les gains

Les avantages fiscaux d’une assurance concernent également les abattements annuels. Lorsque votre rachat de contrat intervient après 8 ans, vous jouissez d’un abattement annuel équivalent à 4600 € si vous êtes seul.

Quand il s’agit d’un couple (légalement marié), cela donne un montant de 9200 €. À titre informatif, les bénéfices de paiements effectués avant le 26 septembre 2017 présentent aussi quelques réductions. Avant cette date, vos bénéfices seront soumis au prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) ou à l’impôt sur le revenu.

Lorsque l’option choisie est le PFL, le pourcentage de l’impôt qui s’impose est de 35 % lorsque vous mettez fin à votre contrat avant 4 ans. Au cas où le rachat surviendrait entre 4 et 8 ans, le pourcentage est égal à 15 % contre 12,8 pour le cas précédent.

Impôts avantageux dans le cas d’une succession et d’une donation

avantages fiscaux

Les avantages fiscaux d’une assurance se remarquent également dans le cadre d’une succession et d’une donation. Retenez que vos héritiers jouiront d’un abattement égal à 152 000 € lorsque vous ne serez plus en vie.

Au cas où vous choisiriez votre partenaire du régime Parcs ou votre conjoint comme bénéficiaire, ce dernier ne s’acquittera d’aucun droit successoral. Il est essentiel de savoir que l’abattement dont il est question ici s’applique sur le capital.

Après l’exonération, retenez qu’il y a un prélèvement de 20 % sur tout fonds égal à 700 000 €. Lorsque ce montant excède la somme indiquée précédemment, le taux de prélèvement équivaut à 31, 25 %. Il est important de souligner que l’abattement ne sera appliqué que sur les cotisations faites avant vos 70 ans.

Comment trouver la meilleure formule d’assurance ?

Après avoir pris connaissance des avantages fiscaux dont vous pouvez bénéficier, car vous avez souscrit une assurance, il est important d’avoir une idée des moyens à utiliser pour trouver un contrat attractif. Pour cela, vous pouvez utiliser les comparateurs d’assurance.

En dehors de cela, allez directement chez plusieurs assureurs pour vous enquérir amplement des options disponibles. Après une étude comparative, vous pouvez opter pour une compagnie d’assurance au détriment d’une autre.

Il peut arriver que ces solutions ne vous convainquent pas. Dans ce cas, contactez un courtier en assurance pour vous aider. Non seulement celui-ci vous clarifiera le processus à suivre, mais il peut aussi vous conseiller pour que vous trouviez de meilleures formules d’assurance.