Santé

Pyélonéphrite sans fièvre : est-ce une infection du rein ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

La pyélonéphrite est une pathologie que les femmes connaissant bien, et, dans une moindre mesure, les hommes. La pyélonéphrite est une infection du rein qui se déclare généralement dans la continuité d’une infection du système urinaire (cystite). Elle est caractérisées par la présence ou l’absence de certains symptômes. Vous pensez faire une pyélonéphrite sans fièvre ? On fait le point avec vous sur la pyélonéphrite.

De la cystite à la pyélonéphrite

D’ordinaire, lors d’une cystite, vous consultez et on vous donne un ECBU (examen cytobactériologique des urines) à réaliser le plus rapidement possible. Celui-permet de déterminer la présence ou non d’un certain type de bactéries dans les urines. Il permet aussi de voir si votre corps se défend en produisant des anticorps.

A découvrir également : Tentez de réduire les douleurs liées à l’arthrose

L’ECBU permet de cibler la bactérie responsable de la cystite et de l’attaquer via la prise d’une antibiothérapie adaptée. Il est primordial de faire réaliser un ECBU, sous peine de prendre des antibiotiques non adaptés et de risquer de faire remonter la cystite aux reins (pyélonéphrite). La bactérie peut être escherichia coli, ou bien un staphylocoque, par exemple. Ces bactéries ne se détruisent pas avec le même traitement antibiotique.

Caractéristiques d’une pyélonéphrite

Une pyélonéphrite se caractérise par des symptômes reconnaissables. En général, la pyélonéphrite apparaît juste après une cystite, qui est une infection des voies urinaires. Une infection urinaire qui se transforme en infection rénale malgré une antibiothérapie est le signe que le bon antibiotique n’a pas été administré ou alors que vous faites face à une résistance de la bactérie, quelle qu’elle soit.

A lire également : Comment retarder ses règles ?

Si la cystite n’est pas soignée à temps avec un traitement adapté, il se peut que l’infection remonte des voies urinaires à la fonction rénale. Les reins, s’ils sont touchés par l’infection, vous donnent plusieurs signaux et symptômes :

  • Vous pouvez avoir de la fièvre mais aussi faire une pyélonéphrite sans fièvre. La fièvre qui accompagne une pyélonéphrite peut aller au-delà de 38°5 et dans certains cas, créer des hallucinations dû à l’état fébrile.
  • Vous pouvez aussi souffrir d’une intense fatigue et vous sentir complètement assommée par l’attaque de la bactérie sur vos reins.
  • Vous pouvez avoir des douleurs dans tout l’environ des reins, assez haut au -dessus des fesses.

Cystite aiguë ou pyélonéphrite ?

Si vous avez des douleurs jusque dans les reins, il n’est pas nécessaire de se poser longtemps la question : consultez un médecin. La cystite aiguë peut se caractériser par des douleurs à la miction et à la présence visuelle ou non  de sang dans les urines. La pyélonéphrite, elle, peut tout à fait passer inaperçue mis à part les douleurs dans les reins :  pas de fièvre, pas de sang, pas de douleur à la miction. Pour autant, il est primordial de ne pas négliger ces symptômes. Le risque principal, est de perdre un rein, trop attaqué par la bactérie et l’infection.

Les reins sont des organes vitaux : c’est pourquoi il ne faut absolument pas attendre si vous avez des doutes sur vos douleurs. Il est tout à fait possible de faire une pyélonéphrite sans fièvre. Ceci ne signifie pas que votre corps ne se bat pas contre la bactérie en présence. 

Une consultation, un diagnostic et parfois une échographie des voies urinaires peut permettre de mettre en évidence des fragilités qui participent à la répétition chronique de la cystite ou de la pyélonéphrite chez certaines patientes. Les infections urinaires et rénales sont dangereuses pour la santé des femmes et méritent des mesures préventives afin d’éviter la récidive de cystite ou de pyélonéphrite.

Pour éviter une infection urinaire ou rénale :

  • Buvez beaucoup d’eau ;
  • Portez des sous-vêtements en coton ;
  • Éloignez-vous également des sources de stress.