Business

Le coup de gueule d’une hôtelière face aux clients invivables

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Dans un long post qui a été publié sur les réseaux sociaux durant le mois d’aout, une hôtelière, sans doute remontée contre les pratiques de certains clients, avait poussé un gros coup de gueule. Elle y dénonce leur manque de civilité et surtout leurs avis pas du tout favorables sur internet. Le plus incroyable dans cette histoire est que la publication a été likée plus de 100.000 fois et partagée plus de 12.000 fois. Nous allons décortiquer ce message.

Un message destiné à tous

Le message de cette hôtelière est destiné à tous ceux qui séjournent dans un hôtel ou qui vont tout simplement au restaurant. Bien entendu, tous les clients ne sont pas concernés, car il en existe de très bons. Elle reconnait aussi le fait qu’il existe de très médiocres établissements. Elle s’adresse aux Anglais, aux Français, aux Espagnols, aux Allemands et surtout aux Chinois qui sont nouveaux dans l’industrie de l’hôtellerie. Bref, tous les clients, toutes nationalités confondues sont concernées, car les habitudes de consommation ne sont pas les mêmes.

L’homme, un assisté en permanence

« Je remarque que l’homme est devenu un assisté qui se croit supérieur aux autres à partir du moment où il paie ». Ce constat permet d’affirmer toute la prétention des personnes utilisant des services hôteliers. « Ils sont tout simplement invivables » affirme l’hôtelière, car ils ne sont pas conscients de leurs propos : des critiques non fondées, des insultes, inventées, etc. Sur TripAdvisor, Expedia, bookbook ou encore Google, les critiques des clients sont souvent acerbes concernant des établissements hôteliers parfaitement viables. À cause de ce qu’elle qualifie comme une idiotie, des milliers de personnes ont perdu leurs emplois et des établissements hôteliers ont fermé. Ce qui est une méchanceté sans fondement.

Elle les remet à leur place

Par rapport aux commandes que les clients font au niveau des restaurants et des établissements hôteliers, elle estime que certains d’entre eux ont des exigences déplacées et pas forcément justifiées. Des commentaires comme « l’établissement est sale », « le menu a une saveur inadaptée » ou que le nettoyage d’hôtel n’a pas été correctement fait. Côté décor, les remarques sont tout aussi déplacées, car c’est une question de gout, mais aussi d’originalité. Elle estime que ce qui se fait actuellement est largement à la portée de tous, mais que certains sont juste méchants et imbus de leur personne.