juin 13, 2018 Amaury 0Comment

La France possède le deuxième plus grand territoire maritime du monde, et ce grâce à ses territoires et départements d’outre-mer, appelés désormais DROM (Départements et Régions d’Outre-Mer), mais ce dernier fait face à une intense pollution biologique par les algues brunes.

Difficultés pour le tourisme

La Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, les Antilles françaises (et toutes les Antilles de manière générale) sont toutes envahies par des kilomètres d’algues brunes. Il s’agit de Sargasses, variété d’algue brune nocives. Ces départements d’outre-mer sont submergés et ne peuvent gérés, ce qui nuit gravement au tourisme. Impossible de se baigner, ni même de tremper les pieds dans l’eau. Impossible de profiter de la beauté des paysages et du célèbre bleu envoutant de ces eaux chaudes. Le tourisme de certaines baies est ainsi en grande souffrance.

Les média de métropole s’en inquiètent aujourd’hui alors que la situation est grave, les côtes débordant de ces algues intempestives telle la vermine. Pourtant, cela fait sept ans, depuis 2011, que le phénomène ne cesse de grandir.

Pire encore pour les habitants

Le tourisme est certes important pour les économies locales, et les pertes peuvent être conséquentes, mais il y a bien plus grave. Ces algues sont biologiquement toxiques pour les habitants. En effet, si elles ne sont pas ramassées assez rapidement, elles pourrissent et se prennent à libérer de l’hydrogène sulfuré, un cocktail très dangereux pour les habitants des bords de mer de nos caraïbes. Il est urgent d’agir mais heureusement les pouvoirs publics à Paris en ont enfin pris consciences et les scientifiques sont sur places afin de trouver les causes pour soigner le mal à la racine.

Autres variétés d’algues brunes

Mais attention, il ne faut pas mettre toutes les algues brunes dans le même panier de crabes, car toutes ne sont pas nocives, bien au contraire.

Fucus Vesiculosus pour la minceur

Le fucus vesiculosus, c’est son nom latin, appelé généralement le fucus vésiculeux, est par exemple une algue brune aux caractéristiques positives sur notre quotidien. Dès l’époque romaine, les gens l’utilisaient pour ses vertus médicinales, un peu comme la consoude dès l’antiquité. Ils l’utilisaient contre les douleurs lombaires et articulaires.

Mais les qualités sont bien plus larges que celles que connaissaient nos prestigieux ancêtres. Le fucus vésiculeux est un donc un décontractant musculaire, mais aussi un laxatif, et un coupe–faim très apprécié. En effet, les compléments alimentaires, très à la mode ces dernières années et encore aujourd’hui sont pour certains composés de fucus. Ils provoquent la sensation de satiété, sont riches en iode, en oligo-éléments, en nutriments actifs et en vitamines A, B et C.  En d’autres termes, cette algue brune est très recherchée pour ces qualités présumées sur la minceur.

D’autres sortes de fucus, familles des fucaceae, sont aussi connus sur les côtes rocheuses de l’Atlantique. Les fucus serratus et spiralis sont deux autres variétés retrouvées dans nos marées mais qui ne dégageront pas non plus de gaz naturels toxiques.

En conclusion, toutes les algues brunes ne sont pas nocives pour notre civilisation et ont un rôle à jouer dans l’écosystème. Néanmoins, il est urgent d’agir au Caraïbe face aux Sargasses qui rongent la santé des habitants et des économies locales des DROM.