janvier 26, 2017 Yann 0Comment

La science a fait des progrès phénoménaux ces dernières années dans le domaine de la santé, mais les mécanismes du vieillissement restaient pour elle un mystère. C’est en tout cas le constat jusqu’à l’année dernière…

Utilisation des travaux de Shinya Yamanaka

C’est effectivement un peu moins depuis décembre 2016 quand une université américaine a publié dans le journal scientifique Cell une étude montrant qu’ils avaient réussi à arrêter le vieillissement des souris, et même à les faire rajeunir. Ils se sont pour cela servi de la découverte qui avait valu un prix Nobel à Shinya Yamanaka en 2012 : un cocktail génétique d’une puissance incroyable capable de reprogrammer des cellules adultes.
Les cellules souches embryonnaires sont déjà utilisées en thérapie régénérative mais ces nouvelles cellules reprogrammées seraient une source beaucoup plus abondante et accessibles de cellules capable de modifier leur fonction première.
Les quatre gènes spécifiques, nommés facteurs de Yamanaka, ont cependant un inconvénient de taille : les cellules ainsi reprogrammées ont tendance à se développer de manière anarchique et incontrôlée, jusqu’à provoquer l’apparition de tumeurs. L’idée de Yamanaka était donc très intéressante, mais inutilisable telle quelle.

La bonne dose

Mais l’équipe de chercheurs a réussi a trouver le bon dosage et a éliminé l’effet secondaire tumoral grâce à la prise régulière d’un antibiotique. Certaines souris étaient atteintes de progeria, une maladie induisant un vieillissement accéléré. Les cobayes traitées génétiquement avec ce cocktail ont vu leur espérance de vie augmenter de 30%, tandis que des souris saines soumises au même traitement ont acquis des capacités de régénération similaires à celles de leurs congénères d’un an plus jeune. De quoi offrir de belles perspectives pour les années à venir à la thérapie régénérative.

Et pour l’homme ?

Des cellules humaines ont elles aussi été testées, avec succès. Cependant, pour des raisons évidents d’éthique, les expériences n’ont pas pu aller jusqu’aux tests sur des bébés humains. Ce n’est pas pour autant que cette découverte ne pourra pas être utilisée chez l’homme : il sera peut-être possible de s’en servir pour réparer des organes ou des tissus lésés par exemple. Si tout se passe correctement, les premiers essais cliniques pourraient se dérouler dans une dizaine d’années, d’après les dires de Christophe Jaeger.

Plus vieux et plus forts

rajeunirSi on peut espérer vieillir plus tard et repousser les limites de l’âge, on peut surtout, d’ores et déjà mieux vieillir. L’espérance de vie augmente et, avec elle, l’espérance de bonne santé. Elle est de 63 ans pour une femme et de 61 ans pour un homme. Grâce aux progrès médicaux, cette limite va continuer à être repoussé.

 

Quand on voit, très récemment la performance sportive incroyable réalisée par Robert Marchand , le 4 janvier dernier, en battant le record de l’heure à vélo des plus de 105 ans avec 22,547 kilomètres, on se dit qu’il y a de belles perspectives ! Des résultats dus, en partie à son hygiène de vie et sa volonté d’acier. Il ne suit pas de régime alimentaire particulier mais mange de petites quantités consomme très peu d’alcool et mange de la viande rouge moins d’une fois par semaine. Un exemple à suivre pour tous les seniors !