Santé

Tout savoir sur la cigarette électronique

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

La cigarette électronique a fait l’objet de nombreuses polémiques, notamment aux États-Unis où l’inquiétude des consommateurs semble à son comble. Ainsi, le 14 octobre dernier, le troisième sommet de la vape qui s’est tenu à Paris a réuni les experts internationaux et acteurs français de la vape. Cela a permis de faire le point sur la cigarette électronique, notamment sur la restauration d’une perception juste des risques et des bénéfices du vapotage en vue de la promotion de cette aide pour le sevrage auprès des usagers, des professionnels de la santé ainsi que des pouvoirs publics. Retrouvez ci-dessous l’essentiel à savoir sur la cigarette électronique, son niveau de dangerosité par rapport à la cigarette classique ainsi que l’aide qu’elle peut apporter au sevrage.

Quelle est la composition des e-liquides ?

L’e-liquide utilisé pour le vapotage est composé de trois éléments : le propylène glycol qui sert à la vaporisation et donc à pénétration dans les poumons, les arômes alimentaires respectant les normes AFNOR ainsi que de la nicotine. À noter que les normes AFNOR sont extrêmement strictes sur ces arômes à intégrer. Quant à la nicotine, il s’agit de la seule substance dans la cigarette qui n’est pas toxique, car le danger provient de la fumée de cette dernière ainsi que des 4 000 substances qui résultent de la combustion. Néanmoins, il est indéniable que la nicotine provoque une addiction, car il s’agit d’une drogue puissante, pourtant il est nécessaire d’en prendre pour arrêter de fumer. La nicotine n’est donc pas dangereuse en soi.

Il faut savoir que contrairement aux États-Unis, il n’existe pas en France d’e-liquides dangereux mis en vente sur le marché. En effet, certains vapoteurs aux États-Unis ont utilisé des e-liquides aromatisés à la menthe provenant du marché noir qui contiennent de l’huile et qui sont nocifs pour les poumons. Il faut donc continuer à s’assurer du respect des normes sur les e-liquides français qui ne sont absolument pas toxiques. Il est ainsi conseillé d’acheter les différents accessoires et produits de qualité pour vapoter sur des sites sûrs comme www.taffe-elec.com.

e-cigarette

Cigarette électronique VS Cigarette classique

Selon la Public Health of England, comparativement, la cigarette électronique représente 5% du risque de celui de la cigarette classique. Il n’y a donc pas de risque zéro avec l’e-cig, mais c’est une alternative infiniment meilleure pour la santé comparée à la cigarette classique. Aujourd’hui, les certains praticiens proposent même à leurs patients d’associer le vapotage aux traitements nicotiniques ainsi qu’aux médicaments utilisés pour se sevrer.

Les différentes polémiques qui ont secoué la vaposphère ces derniers mois sont donc à prendre dans leur contexte. En effet, les personnes ayant succombé à des maladies pulmonaires aux États-Unis ont utilisé des e-liquides nocifs issus du marché noir. Dans le cadre d’une utilisation normale avec des produits respectueux des normes, le vapotage impacte moins la santé de l’utilisateur.

Comment bien utiliser la e-cig ?

Pour vapoter sans danger, il convient de suivre certaines normes. Ainsi, il faut acheter le matériel ainsi que les e-liquides chez des marchands de cigarettes électroniques qui vendent des équipements de bonne qualité, avec une résistance qui reste à la bonne température. Il est aussi conseillé de veiller à changer régulièrement la résistance, car cette dernière a tendance à trop chauffer lorsqu’elle est usée. En outre, il ne faut jamais allumer la cigarette électronique lorsque celle-ci ne contient pas de liquide, car sans cette dernière, la résistance commence à brûler et cela peut entraîner des émanations dangereuses pour la santé.

Les vapoteurs doivent prêter attention à avoir les bons gestes lorsqu’ils utilisent leur cigarette électronique et éviter d’aspirer trop fort afin d’éviter des remontées de liquide mal chauffé. Il faut aussi être précautionneux quant à l’entretien du matériel : il faut éviter de le ranger dans les lieux très froids ou très chauds, ne pas oublier le verrouillage lors des transports afin qu’il n’y ait pas de déclenchements involontaires et utiliser des étuis de protection pour le protéger des impacts et de la poussière. Il faut que la cigarette électronique soit toujours en position verticale, le drip tip vers le haut, pour éviter d’être endommagée.

Est-elle efficace pour arrêter de fumer ?

Une étude britannique qui date de janvier 2019 a démontré l’efficacité de la cigarette électronique pour arrêter de fumer. Les résultats montrent même que par rapport aux autres méthodes de sevrage tabagique, l’e-cig se place en tête de liste. L’étude a été réalisée sur des adultes fréquentant des services d’abandon du tabac du National Health Service du Royaume-Uni et qui ont eu le choix entre les produits de remplacement de la nicotine de leur choix, notamment des combinaisons de produits ou un kit de démarrage de cigarettes électroniques, avec une recommandation pour l’achat de nouveaux liquides électroniques avec le goût et leur dosage de leur choix.

Les résultats de l’étude ont montré que sur 886 participants, le taux d’abstinence d’un an a atteint 18% dans le groupe des personnes ayant choisi le vapotage tandis que le taux était de 9,9% pour le groupe ayant opté pour les autres substituts nicotiniques. En outre, 18% des vapoteurs ont arrêté de fumer au bout de 52 semaines contre 9% pour les autres méthodes.

e-cigarette pour arreter de fumer

La législation concernant la cigarette électronique

La loi santé datant de 2016 a défini les règles applicables à l’interdiction des cigarettes électroniques au sein des lieux publics et privés. Ainsi, l’article 28 interdit l’usage de la cigarette électronique au sein des établissements scolaires et ceux qui sont destinés à accueillir, former et héberger les mineurs. L’e-cig est également interdite dans les transports collectifs fermés et les lieux de travail à usage collectif fermés et couverts. En principe, l’interdiction de vapoter ne concerne pas les autres lieux ouverts aux publics comme les restaurants, les terrasses des cafés ou les bars, mais les responsables peuvent se réserver le droit d’interdire la cigarette électronique au sein de leurs locaux.